« Ce bus est un autre monde » parue dans le magazine « Lire »

Le bazar des mauvais rêvesLe magazine « Lire » propose donc en exclusivité une nouvelle qui paraîtra dans le prochain recueil « Le bazar des mauvais rêves ».
Cette nouvelle s’intitule « Ce bus est un autre monde ».

C’est donc certes une nouvelle inédite, mais uniquement pour la version française.
Elle est disponible depuis 2014 en VO, sortie dans le magazine « Esquire ».

Précisons que Stephen King eu l’idée de cette histoire lors de sa venue en France en 2013.
Alors qu’il patientait dans des embouteillages, l’idée commença à germer dans sa tête…

Comme le précise le magazine « Lire », Stephen King fut toujours un excellent nouvelliste.
Certaines de ses plus belles histoires sont parues dans des recueils de nouvelles, je pense par exemple à l’inoubliable « Différentes saisons ».

Avec cette histoire, mon avis est que Stephen King ne déroge pas à cette réputation.

Nous avons un homme ordinaire, qui subitement va vivre quelque d’extraordinaire, ou du moins va se retrouver dans une situation hors du commun.

Et c’est ce que j’aime chez mon auteur préféré, cette capacité à prendre n’importe qui et transformer sa vie, en bien ou en mal.

Dans cette histoire, le protagoniste, Wilson, doit se rendre à son rendez-vous le plus important de sa carrière (il dirige une entreprise de publicité).
Un rendez-vous qui ne se présente qu’une seule fois dans votre vie professionnelle.

Sauf que lors du trajet, un imprévu va bousculer Wilson…

Dans ce récit, point de surnaturel, de fantastique ou de monstres.

Un homme seul, face à sa personnalité et surtout sa moralité…
Que doit-il faire ?
Agir, ou ne penser qu’à sa vie ?

Bien sûr, une nouvelle fois l’histoire est très bien décrite, le taxi de Wilson, l’attitude des personnes, le stress de Wilson….comme d’habitude j’avais l’impression de vivre le récit…
Et nous voyons tout le talent de l’écrivain, qui en partant d’une simple idée est capable de vous faire une histoire incroyable…

Rien que le titre (il faut lire l’histoire pour le comprendre), montre comment Stephen King a voulu écrire ce récit et comment il voyait à travers les yeux de Wilson.

Pour terminé : hâte d’avoir enfin le recueil « Le bazar des mauvais rêves » dans les mains demain !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *